Libre de voir l'article "Pseudo racisme anti-religieux" en intro sur la question en cliquant > ICI < (Ou pas)

Cet observatoire consiste à voir comment s'inscrit la laïcité de par le monde.

Si vous avez des renseignements sur les rapports entre religion et états dans quelques pays que ce soit nous sommes preneurs, on manque de données.




FRANCE

La laïcité Française fait figure de proue en matière de laïcité mondiale : Cocorico. Raison de plus pour ne pas la ridiculiser par des accrocs répétitifs en y veillant.

  • Reste d'abord la question structurelle de l'Alsace Lorraine qui fait toujours exception à la loi de 1905 sur la laïcité.

 Alors il serait presque sympathique de se dire que la laïcité française est assez forte pour rester ouverte et tolérante à cette exception, que donc l'ostracisme n'est pas son lot. Mais quand même faire payer le manque de ferveur des chrétiens par les mécréants et musulmans a quelque chose de paradoxalement et profondément gênant.

 Car quand même, pour un vrai croyant à la promesse d'un paradis éternel, qu'est-ce que quelques malheureux deniers sacrifiés à son culte durant son très court passage sur terre en regard : Rien...

 Nonobstant la loi sur le blasphème y a encore cours !!!...(quoi que la jurisprudence y soit en désuétude)

  • L'acceptation du fait qu'impies et mécréants participent à la perpétuation de leur culte laisse supposer un manque de ferveur, et de foi, en cette vie éternelle. Je serais eux, j'aurais honte de me présenter devant mon Dieu en lui avouant que j'ai rançonné ceux qui ne croyaient pas en lui pour palier à ma radinerie spirituelle due à mon manque de foi (ce raisonnement vaut pour les revendications de financement de lieu de culte des musulmans pareil). Aussi il serait bon qu'ils assument tous seuls leur manque de ferveur, parce que payer églises et ministres du culte à des croyants alternatifs, qui ne vont plus à la messe qu'épisodiquement, c'est de l'argent jeté par les fenêtres.
  • Où bien plus gênant, ces croyants estiment pour nous que leur dieu est notre dieu même si on n'en veut pas (concept de la brebis égarée), que donc on doive participer au culte malgré nous en attendant de rentrer éventuellement dans le troupeau. C'est à priori antinomique de la liberté de choix, qui ne vaut que si l'on peut clairement se démarquer du "troupeau". Cela supposerait que la vie du mécréant soit subordonnée à une vision exogène de sa conception de vie !?! Vision exogène en pleine décrépitude qui plus est. Pire cela subodorerait que le profane y soit à priori subordonné au sacré : c'est d'ailleurs la démarche des fondamentalistes qui réclament financement de lieux de culte par l'état pour marquer l'inféodation de celui ci au sacré, plus que pour des raisons matérielles (parfaitement résolvable pour de vrais et fervents croyants dont la vie terrestre est entièrement dédiée à leur culte. Cf : ci avant)

Si du moins c'était les alsaciens qui payaient "leur" exception (à laquelle ils tiennent apparemment), pourquoi pas (mais quid idem des mécréants et musulmans alsaciens ?), mais non c'est l'ensemble des mécréants et cultes non reconnus de France qui payent ce manque de foi, pour le coup on est en dehors de la loi 1905.

Ah si ! Une seule justification possible : L'Alsace Lorraine serait composée de peuplades primitives dont il conviendrait de préserver les coutumes ancestrales pour conserver une mémoire de ces temps anciens. (Je ferais partie de ces cultes, je préférerais prouver l'actualité et la vivacité de ma culture en me finançant moi-même, mais sans doute n'en sont-ils plus là).

Donc en France : Avortement légal, contrat de vie pour les homosexuels, pas de blasphème (sauf Alsace Lorraine en désuétude malgré les 3 ans d'emprisonnement), pas d'euthanasie.

Re-Cocorico ! Le Kazakhstan, ex république soviétique à 70% musulmane et 25% chrétienne a opté en janv. 1993 pour une laïcité à la française (mais sans Alsace Lorraine).




Europe (et monde) :

La laïcité en tant que séparation absolue entre les églises et l'état n'est que relative en bien des pays. Le sécularisme anglo-saxon est plus usité, qui prône la démocratie comme indépendante des pouvoirs confessionnels ; Mais qui n'empèche pas d'octroyer des facilités aux congrégations par des lois votées par les représentants du peuple. Aussi pour déterminer l'emprise des congrégations sur l'état, on notera les avancées dans des domaines sensibles aux congrégations tels que le blasphème, qui limite les critiques portés à ces dernières, l'avortement, le mariage homosexuel, l'euthanasie, la procréation assistée, etc.

voir Législations sur le marriage homosexuel , lois sur l'avortement , lois sur l'euthanasie

  • Blasphème : En raison du droit d'expression et de critique, le parlement européen s'est prononcé pour l'abolition de la pénalisation du blasphème. Qui a néanmoins encore cours en Autriche, Irlande, Danemark, Grèce, Italie, Finlande, Lichenstein et San Marino. (et pas au vatican, prenez exemples...)
  • De même, certains pays ont botté en touche en pénalisant les insultes religieuses. La commission s'est donc reprononcée sur la question en précisant que ligiférer sur la question de l'insulte aux religions n'était ni "nécessaire", ni "désirable" en regard du droit d'expression. Législation en cours en plus des pays sus-cités : Espagne, Allemagne, Pologne, Pays bas, Norvège, Suisse, Andore, Chypre, Croatie, Tchéquie, Slovaquie, Lithuanie, Russie, Turquie et Ukraine. Aie !
  • Est préconisé un remplacement par une législation pénalisant l'incitation à la haine envers les communautés.

Voir législations sur le blasphème dans le monde

Enfin, on notera quelques atteintes nécessaires aux droits des congrégations par rapport aux atteintes à la dignité humaine, sur les questions du voile intégral ou des excisions. Les circonscisions ne sont pas remises en cause, mais devraient l'être en raison des désordres psychologiques occasionnés... ou du moins devraient être légiféré pour être pratiquées au moins sous anesthésie.




USA

  • Les states ne sont pas vraiment laïcs, ils sont poly-cultuels, nuance, on appelle ça plutôt le sécularisme, où les affaires séculières (terrestres) sont gérées par les humains en toute démocratie.
  • Mais ce coté pluri-cultuel induit donc qu'aucun culte plus qu'un autre n'ait à imposer ses vues à l'ensemble de la société en politique. Les affaires publiques se règlent donc démocratiquement, ce qui n'empêche néanmoins aucun parti à brandir Dieu comme étandard (mieux vaut alors rester flou sur le concept divin pour ratisser large). Mais aussi le président jure sur la bible à son investiture, et ce n'est que récemment qu'on y jure plus de même dans certains tribunaux d'états.
  • Ah oui ! C'est comme l'Allemagne, chaque état peut avoir ses particularismes vis à vis des financements des cultes, voir même chaque ville.
  • Mais la liberté de tous les cultes y est admise : Ce fut une terre d'accueil des congrégations rejetées d'Europe à l'origine et en a conservé l'état d'esprit. De fait on ne stigmatise aucune croyance (et ça va jusqu'à la tolérance envers la scientologie), et l'on peut y croire en ce qu'on veut. Dans ce concept, l'athéisme est considéré "à la limite"  comme une forme de croyance, plus tolérée à la marge : On s'y méfie de ces marginaux "pas vraiment dans le ton".
  • Moi je vous le dis, il y aura un président noir à la maison blanche avant qu'un athée n'y entre. (Quoi c'est déjà fait ? Un athée ? Ah non, un noir... ah bon ?...
  • L'euthanasie est légale dans les états de Washington, Orégon et Montana
  • Avortement légal.



CHINE

 La chine est laïque, normal pour un pays communiste me direz-vous. Non tant ! Non tant... Elle est laïque depuis plus de deux mille ans, et les communistes n'ont fait que reprendre une tradition multi-séculaire.

 Si le communisme devait tomber, nul doute que cette tradition perdurerait.

 Le premier empereur Chinois (Tchin qui donna son nom au pays en l'unifiant vers 230 av. JC), se prit pour un dieu parmi les dieux, ayant conquis tout ce qui se trouvait sous les cieux. Il voulu devenir immortel en se faisant concocter des élixirs d'immortalité, puis devant l'échec manifeste de ces tentatives décida de se faire construire le plus grand mausolée jamais construit à ce jour (les soldats en terre cuite retrouvés jusqu'alors ne constituent qu'un poste de garde avancé de l'entrée du-dit mausolée !) comme tête de pont pour conquérir le ciel après sa mort comme il avait conquis la terre avant.

Sa dynastie tomba quelques années après sa mort, et ses successeurs rompirent avec ces délires mégalomaniaques. Néanmoins ayant renoncé à être dieux parmi les dieux, ils n'en renoncèrent pas moins à être leurs égaux sur terre et daignèrent accepter qu'on y voue des cultes aux dieux, tant que ceux-ci ne troublaient pas l'ordre impérial terrestre des choses.

Bref, ils instaurèrent une sorte de laïcité impériale, où l'empereur était maître de toute chose sur terre, et où les religions restaient tolérées comme se référant à un plan spirituel, tant que n'entrant pas en conflit avec la gestion impériale terrestre.

Avortement légal (sauf Hong Kong), pas de blasphème sauf vis à vis du culte communiste. En règle générale l'avortement est légal dans tous les ex-pays communistes.

Et Russie :

Nota Bene : La conception impériale Russe était du même ordre. Il n'y avait aucune inféodassions du pouvoir impérial au religieux, les choses étaient séparées. L'égilse orthodoxe régnait sur les questions spirituelles, tandis que l'empereur était seul maître des affaires terrestres. Est-ce un hasard que ces deux pays monarchiquement laïcs soit passé au communisme plutôt athée ? (la religion c'est l'opium du peuple : Marx)

Bon, Poutine s'appuie actuellement sur l'église orthodoxe pour conforter son pouvoir. Mais c'est plus dans la logique des droites européennes qui s'appuient sur la chrétienté actuellement, en stigmatisant les ethnies minoritaires (tchetchennes, afkazes etc.. comme les musulmans et autres tsyganes en Europe) : religion ou repli identitaire raciste ? Ceci dit le racisme est une sorte de religion basée sur l'idée de peuples élus, ou pas, des dieux.

Avortement légal.




 Tchéquie - Portugal - Suède - Slovénie

Laïcité quasi franche, même si le  Portugal reste très religieux culturellement.

Avortement légal.




ALLEMAGNE

Préambule dans la constitution : "Conscients de ses responsbilités devant Dieu et devant les hommes"

Statut d'état pour les églises catholiques et protestantes, avec levée d'impot de l'état pour les églises reconnues (par confession): Impot prélevé à la source qui informe donc l'employeur sur la confession ou non de ses employés !...

Instruction religieuse ou civique au choix.

Mais n'a pas trop de détails germaniques à ce sujet sinon ?

  • On sait que le grand parti de droite y est la "Démocratie Chrétienne" et ce n'est déjà pas rien.
  • Ceci dit, l'histoire religieuse allemande est complexe dans ses rapports entre catholicisme (au sud) et protestantisme (au nord), et elle ne s'est unifiée que par rapport à un troisième culte : Celui du nationalisme, qui ne fut pas moins dévastateur d'ailleurs (sociologiquement le patriotisme fonctionne exactement comme une religion, et est donc à classer comme tel).
  • Pour y palier, l'Allemagne moderne a été rebatie sur un fédéralisme décentralisé qui a eu pour effet de brouiller les pistes : Les rapports entre politique et religions y sont légèrement différents d'un Land à l'autre, un peu comme l'Alsace Lorraine et la France.
  • L'insulte à la religion y est toujours pénalisé, mais dans un esprit de trouble à l'ordre public uniquement (ceci dit il suffit qu'une église s'estime gravement offensée pour que le trouble soit caractérisé)
  • Avortement légal.

On procèdera par touches, au faire et à mesure de nos informations dispensés par nos informateurs de la "STASI" reconvertis outre rhin (Si vous avez d'autres exemples sur le sujet nous sommes preneurs).

Donc voici une particularité presque sympatique : Le "Tanzverbote" durant les "Stilletag"s.

 Littéralement "Interdit de danser" durant les "jours de recueillement". Ces "jours de quiétude" sont en fait des jours dits d' "élevation spirituelle", ou de célébrations religieuses, dont le nombre peut aller jusqu'à 110 par an suivant les Landers : En gros les activités culturelles purement festives ne répondant pas à une "élévation spirituelle" y sont interdites. Alors ces jours et manifestations culturelles proscrites dépendent du Land... des manifestations musicales, ou cinéma peuvent y être considérés comme faisant partie d'une "élévation spirituelle" au sens large, mais certaines restrictions peuvent y être apportées aux films d'horreur ou à la musique Punk par exemple... Je ne vous dis pas le casse tête pour définir Land par Land ce qui peut être, ou pas, de nature d'une "élévation spiriuelle".

Comme son nom l'indique le Tanzverbote proscrit totalement la dance en boite de nuit ou autre (Sauf à titre privé chez soi quand même), ainsi que la plupart des manifestations sportives (y compris foot !).

Y a un crénaux à prendre pour les ambassades étrangères en reconvertissant partiellement leur consulats en boite de nuit (hors juridiction Allemande). Quand à organiser des matchs de foot avec des allemands les jours de "Stilletag" afin qu'ils déclarent forfait, c'est une idée à creuser.

Et les athées alors ? L'Allemagne dévote leur rétorque qu'ils profitent des jours fériés religieux qui valent contrepartie. Nonobstant ces jours fériés existent aussi en France, mais sont des jours de congés pour tous, dont il fut d'ailleurs question de dénommer fêtes de fin d'année, fêtes de printemps, etc. pour les rendre plus neutres... Car aussi bien ces soi-disant fêtes chrétiennes ne sont jamais que d'anciennes fêtes païennes reconvertie par les chrétiens à l'occasion (la naissance du christ n'a jamais été datée, et la pâques juive suit un calendrier lunaire qui ne tombe pas tous les ans lors des fêtes du renouveau de la nature comme en occident comme par hazard). Donc ces festivités répondent plus à des rituels immémorialement inscrit dans la culture qui méritent bien des jours de congés indépendants de la chrétienté qui les a induement accaparés à son profit.


Australie Comme en Allemagne et aux States les lois dépendent des régions (commenwealth, voir UK). Globalement le blasphème y reste un délit en désuétude, dernière condamnation en 1919, contrairement au Canada et Nouvelle Zélande ou la critique est admise "dans un langage décent" (commenwealth toujours d'où la loi provenait, abolie).

Avortement suivant les régions.


Autriche

  • Idem qu'en allemagne pour le code des impots.
  • Cours religieux pour les croyances reconnues
  • Obligation de signaler sa religion à l'entrée du pays, à l'hopital, à l'embauche, au tribunal...
  • Il y a des crucifix à l'école, l'hopital et au tribunal...
  • et le droit de porter une coiffe religieuse sur le permis de conduire
  • Avortement légal

Belgique

  • Six religions sont reconnues par l'état qui finance leurs ministres du culte... mais aussi des officiants des libres penseurs et laïcs associés.
  • Situation compliquée (pilliers) : des partis d'obédiences religieuses et laïques collaborent ensembles aux gouvernements suivant des alliances temporaires, du fait l'université "libre" de Bruxelles se retrouve chapeautée à la fois par des groupements laïcs et religieux... mais leur problème est plus au niveau linguistique et culturel que religieux qui passe au second plan.
  • Légalisation de l'euthanasie et de l'avortement.

Holande situation à peu près comparable


Suisse

Dieu est évoqué dans la constitution et l'hymne nationnal. Et sa situation et trés morcelée du fait de l'organisation en cantons qui financent ou non les cultes du coin.

Législatin sur le blasphème

Mais la Suisse s'est particulièrement distinguée en interdisant la construction de minarets sur son territoire par référendum.

Néanmoins la Suisse a légalisé l'euthanasie et l'avortement.


Danemark

  • L'Eglise luthérienne est religion d'état, et ses pasteurs sont fonctionnaires d'état.
  • Le blasphème y est pénalisé mais en désuétude (dernière condamnation en 1938 pour insulte nazie aux juifs, mais révision de la loi avortée en 2004)
  • Cours de christianisme obligatoire à l'école.
  • Forte islamophobie
  • Avortement légal

Grèce-Luxembourg

Religions d'état avec diverses implications, la Grèce est très cléricale contrairement au Luxembourg anticlérical.

Avortement légal.

La Grèce punit le blasphème de deux ans d'emprisonement et la simple publicité (militantisme) contre le blasphème de 3 mois... Mais la jurisprudence peut se montrer assez modérée parfois.

Et le Luxembourg a légalisé l'euthanasie.


Grande bretagne

 L'église anglicane est religion d'état, mais pratiquement, la religion officieuse serait plutôt la finance.

 Cours obligatoires sur les religions à l'école.

 La loi sur le blasphème a été remplacé par une loi contre l'incitation à la haine envers les communautés (c'est une tendance raisonnable et générale), sauf en Irlande du nord.

Avortement légal.


Pologne-Irlande

Concordat, IVG d'exeption, loi sur le Blasphème. Un parti laïc s'est créé fin 2011 en Pologne.

Le blasphème est pénalisé en Irlande (jusquà 25 000 euro d'amende !).


Italie-Slovakie

Concordat, en fait les concordats sont très inégaux et appliqués en fonction des cultures des pays. En Italie, il y a de forts courants anticléricaux qui rendent le concordat plus symbolique que réel dans bien des cas, mais l'enseignement catholique est encore dispensé dans les écoles.

Avortement légal.


Québec... Voir "ICI : Pseudo racisme anti-religieux" en intro sur la question. et Canada

 A priori laïcs avec quelques touches exotiques : "Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit... " stipule la constitution mais sans effet sur la vie publique, un crucifix trone au parlement québecois idem, et les fameux accomodements "raisonnables" faits aux religieux qui leur permettent de porter leurs effets religieux en tant que fonctionaires par exemple.

 Avortement légal.




COLOMBIE, ESPAGNE.

 Les droites hispanophones sont très branchées Cathos, et c'est dur chez les latinos.

 Le blasphème y serait toujours pénalisé.

 La constitution colombienne de 1886 en fait un état confessionel catholique, mais sans plus en fait, la jurisprudence en estompant peu à peu la portée, jusqu'à en faire quasiment un état laïc. Mais la droite colombienne a forcé le trait dans un amendement à la constitution en 1991, en ramenant le pays cent ans en arrière. Elle y rend obligatoire l'enseignement du catholicisme dans les écoles, et y octroie de nouveaux droits au catholicisme.

col_3 Ainsi des discriminations envers les non catholiques sont de plus en plus nombreuses. Le droit à l'avortement accordé aux femmes seulement en cas de viol, malformation du foetus, et danger mortel pour la mère , est lui-même remis en cause par certains magistrats qui font valoir la fameuse clause de conscience qui s'étend pour eux au delà du médical dans leur travail des magistrats.

 Manifestation FSM à Barraquila (Colombie avril 2011)

Espagne

 L'espagne avait libéralisé l'avortement, instauré le mariage homosexuel avec possibilité d'adoption, et des cours d'instruction civique abordant aussi l'homosexualité et la laïcité.

 On avait presque honte d'être français du coup.

 Le nouveau gouvernement de droite depuis nov 2011 de Mr Mariano Rajoy (Parti Populaire) veut remettre en cause ces avancées sociales, et en premier lieu le droit des mineures à avorter sans le consentement de leurs parents, ainsi la pillule du lendemain, à contre courant de l'opinion qui plus est.

 Mais le PP reste encore divisé sur l'ampleur de la "contre réforme" à adopter, et hésite entre la voie juridique ou législative pure et dure pour chacune des réformes.

 Récemment un artiste y a été condamné à 192 000 euro d'amende pour un film blasphématoire de 54 s. fait il y a 34 ans !

Amérique du sud : aucun avortement légal saut exceptions extrèmes. (et sauf la Guyane française évidemment)


Brésil un mois de prison pour quiconque avilie un objet ou concept religieux.

Pas d'avortement sauf cas extrème.




Turquie :

  • Laicité où le religieux est cornaqué par l'armée qui veille à la Laïcité.

 Aussi les Immam sont formés et payés par l'état, non tant comme indépendants donc, mais comme subordonnés au pouvoir laïc (religion contrôlée en somme).

  • Mais en même temps une politique ethniciste (contre les arméniens, les kurdes, etc.) centrée sur la prééminence turque (musulmane), ayant éradiqué quasiment toutes les autres religions (notamment chrétiennes) au fil du temps.

 Du fait, les partis modérés musulmans ont accédé au pouvoir contre les Laïcs, et bien que la laïcité y soit bien ancrée, ses principes sont parfois écornés par le pouvoir en place.

 Comme le pouvoir politique reprend ses droits sur la tutelle de l'armée, on voit bien que le concept de laïcité turque cornaquée par un gouvernement musulman ne tient plus vraiment.

 Avortement légal.


Inde - Japon - Mexique - Uruguay - Bolivie - Etiopie - Cuba

 Séparation des églises et de l'état. mais la question de l'avortement n'est effective qu'au Japon, Cuba, Inde, et Mexique suivant régions.


Indonésie

 Six religions reconnues et toujours pas le Pastafarisme. Le blasphème est pénalisé vis à vis de ces dernières.

Pas d'avortement sauf cas extrèmes.


Pays musulmans en général

Pakistan - Afganistan - Egypte ... Islam religion d'état... peine de mort requise contre le blasphème.

Pas d'avortement sauf cas extrèmes, sauf en Tunise pour l'instant. La Tunisie vient de condamner (à 1 200 euros) un cinéma pour blasphème pour la diffusion du film "irannien" Persépolis.

 Il est difficile de parler de laïcité en matière d'Islam, parce que la question n'est pas tant une affaire de gouvernance de tel ou tel pays que de l'autorité morale des imams, muftis et mollahs.

 Ainsi pour le blasphème, il faut et il suffit qu'un seul imams prononce une fatwa pour que cette dernière face force de loi. On connait l'affaire Salman Rushdie sur les versets stataniques, et si l'intéressé est encore en vie par la protection dont il jouit, mainsts édideurs et traducteurs ont été assassinés, y compris dans des pays séculiers fortement attaché de surcroît à ne pas laisser l'Islam s'immicer dans les affaires publiques (Japon, Italie, Norvège, Turquie laïque). Donc l'Islam ne reconnait pas à ce niveau l'autorité juridictionnel des pays, et donc pas les accords internationaux d'extradition ou non. Il se veut en cela au dessus des organismes politiques terrestres. 

 La question est d'autant plus préoccupante que ces fatwas, qui font force de loi, peuvent être édictées par n'importe quel imam "allumé", mais personne ne peut invalider une quelconque fatwah, compris les plus douteuses, tout juste certains érudis reconnus peuvent-ils se "désolidariser". Ainsi un suédois a suggéré une pédophilie de Mahomet vu les 9 ans de sa dernière épouse, a vu des musulmans s'acharner sur son cas à la recherche d'un imam pour prononcer une fatwa, mais ces derniers n'étaient guère empressés sur la question, et finalement trouvèrent un obscur imam africain pour ce faire. Bref la juridiction "islamique" est plus une histoire de folie collecticve qui prendrait soudain tel ou tel groupuscule, que d'érudition théologique proprement dite.


Algérie et autres pays arabes : Islam religion d'état, prison ou amende pour blasphème... pas d'avortement sauf exception. Il est trop long de détailler les rapports état-lslam. Disons que c'est le prototype des états policés arabes, qui ont un accord tacite avec les islamistes : On vous octroie moults avantages cultuels en échange que vous ne remetiez pas en cause notre leadership politique. Ceci évolue avec les révolutions arabes. Où les Islamistes y voient une réelle opportunité d'accession au pouvoir. Aussi à terme s'ils remportent les élections un jour, s'offre à eux deux alternatives : une dérive autoritaire à l'Iranienne pour rester aux manettes... Soit une diversification de partis islamistes concurrents qui peuvent prendre le relais en cas de désenchantement politique de l'un ou l'autre en jouant le jeu démocratique, au risque d'une sécularisation progressive de la politique. L'algérie semble en passe de gagner son pari séculier.


L'Afrique du Sud fait exception sur le continent Africain. Seules la Tunisie et la Guinée Bissau autorisent aussi l'avortement.


V perdu ? la carte aux trésors :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Râmen.

carte4