Suite de Pastafarisme quésaco ? II  > ICI <

Ceci n'est qu'un point de vue scientifiquement sociologique, et Mônstre sait ce que la science vaut... Juste pour éventuellement clouer le bec aux verbeux du religieusement correct. Aussi tout mouvement comporte ses spécificités propres, son ADN en sorte. Il peut être utile d'étudier cet ADN pour imaginer le développement à terme de l'organisme. Nonobstant, suivant qu'on le bichone où qu'on le prive de tout,  l'organisme peut devenir un bonzaï, un arbre magnifique, voir un "monstro-plante" en trafiquant un peu son ADN : (Mönstro-Plante : celà lui sied assez bien !)

L'apport des pays majoritairement agnostico-athées

dans le devenir du Pastafarisme

critique_IslamIl y eut deux périodes dans l'éllaboration du Coran. 1/ La période minoritaire, où les musulmans n'étaient qu'un groupuscule cherchant plutôt à convaincre (par une grande tolérance envers les autres communautés, en validant et les anciens textes de certaines par exemple). 2/ Une période majoritaire, où ces derniers étaient en mesure de s'imposer comme incontournables (et se firent beaucoup moins ouverts avec les "infidèles", et les textes anciens alors partiellement "abrogés") ; Idem pour le christianisme avant et après intronisation de culte d'état.

Bobby aux States est dans la logique minoritaire dans un pays à 85% théiste. La tendance risque de s'inverser à terme, qu'adviendra-t-il alors de la lecture (anti-dogmatique) des principes du "Prophète", qui ne sera peut-être plus là pour dire ce qu'il en pense en plus.

Certains pays, comme la France, la Tchéquie, les pays scandinaves sont d'ors et déjà dans cette perspective, certains autres comme le Royaume Uni, Allemagne, Belgique et autres Nederland y accèdent peu à peu.

Ces pays majoritairement agnostico-athées forment donc un magnifique laboratoire quant au devenir du Pastafarisme à terme.

On me (per)siffle dans l'oreillette que cette analyse vient d'être retoquée par Toucher Nouillesque. Les athées en majorité n'auront aucun besoin d'un coup d'appendice pour s'imposer. Par contre dans les pays rigoristement religieux, les tensions aidant, c'est là bas qu'une radicalisation du mouvement risque de se faire sentir.

Raison de plus pour s'amuser à singer le radicalisme là où il ne risque guère de s'imposer, pour s'entrainer à y trouver des parades ; qu'on ait déjà quelques éléments de réponses le jour où cela deviendra sérieux ailleurs. L'idée serait de ridiculiser l'autoritarisme dogmatique en le mettant en scène de façon Ubuesque. Mais en risquant de voir cette caricature  être récupérée sérieusement (on voit pas trop comment réccupérer une idée style pastafarienne, mais la vie est parfois surprenantes) ; Et donc d'y trouver parade dans la confrontation au réel alors en marche. (Je pense qu'une ou deux communions conséquentes devraient faire l'affaire).

I. Un premier constat (tiré du prosélytisme de terrain) :

Ces agnostico-athées sont très anti-cléricaux. Ils se vivent encore comme dans une "opposition" à l'ordre religieux dogmatique antérieur. Le Pastafarisme devrait leur permettre de se fédérer comme force majoritaire.

je_suis_athee_et_je_vous_emmerdeMais justement leur anti-cléricalisme viscéral les modèrent grandement à une adhésion à priori à un quelconque mouvement fédérateur, qu'ils vivent comme un potentiel nouvel ordre moral dogmatique qui limiterait à terme leurs libertés de choix spirituel (y compris athéisme). Ceci, même si l'Emesvisme se déclare ouvertement anti-dogmatisation du fait spirituel, et a tenté de verrouiller toute dérive sectaire interne par avance. Donner trop de puissance à un mouvement en y adhérant, c'est risquer de se trouver pris au piège de cette "puissance" conférée à terme. Surtout vis à vis d'un culte rendu à une déité régulièrement pompette, on ne sait où on va.

Ils se souviennent que le christianisme était par essence non coercitif (et très positif) au départ, et l'histoire leur a prouvé que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Un petit parallèle avec le culte marxiste et son paradis prolétarien qui a fait beaucoup de "désenchantés". Ainsi la politique suit les courants religieux dans le désenchantement de la croyance absolue aux dogmes, il y a encore beaucoup de sympathisants anti-capitalistes, ou socialistes, mais la crise de vocation se fait sentir cruellement dans le militantisme.

Alors le Monstre en Spaghetti Volant les amuse beaucoup, et crée d'emblée un mouvement de sympathie évident chez la plupart. De fait il y a beaucoup de sympathisants au Pastafarisme, voir de pastafariens occasionnels. Le pastafarien occasionnel est un peu comme un catholique occasionnel qui va à la messe une fois tous les deux ans, en oubliant vaguement sa croyance entre temps. Le pastafarien dévot se fait rare, en particulier dans un engagement laïc, les dévots sont plus nombreux parmi les joyeux lurons attaché à l' "enchantement" du culte parodique, trop préoccupé par la chasse aux spaghetti durant la semaine en général.

impasse_de_l_EgliseComme le souligne le sociologue Weber, le désanchantement général du spirituel et du politique incite le candidat pastafarien à la plus grande prudence quand à l'engagement plus prononcé que le statut de sympatisant. L'agnostico-athée (y compris politique) a peur de se laisser séduire par une cause qui aurait toutes les chances de le désenchanter à terme comme les précédentes. Nous avons notre explication théologique à travers la spaghettification voir > ICI <.

Ceci dit, tout ceci est très pastafarien dans son esprit du "rejet du dogme" en tant que dogme, mais encore une fois l'enfer est pavé de bonnes intentions.

II. L'avenir ?

Mais la question se pose donc de façon relative : le Pastafarisme peut-il produire suffisamment de "militants pas trop bourrés" pour concurrencer les autres obédiences religieuses et politiques, et inciter ainsi les sympatisants à les soutenir dans leurs démarches ? L'avenir nous le dira...

Au delà, le Pastafarisme sera-t-il alors capable de fournir une perspective concrète à l'attente terrestre des gens, même non sympathisants à priori, qui lui permette de faire le pendant aux autres courants politiques et religieux en termes d'espoirs concrets pour l'avenir de l'humanité ? Un avenir basé sur la désacralisation de leur déité et autre totems sociaux afférant.

lsykjxlfPour l'instant, on ne peut parler que d'ébauches de perspectives, usines hight tech, volcans et autres strippers. Rien de vraiment solide, mais des pistes intéressantes... A la limite, on peut s'en réjouir, dans la mesure où il ne propose rien de dogmatique à terme, à priori. Mais nul doute que si le mouvement devait prendre de l'ampleur, une certaine formalisation de ses principes se ferait jour : Bain de Spaghetti journalier, arraisonnements piratesques généralisés de tout vaisseau spatial en vue d'offrande de collier de fleurs, port obligatoire de passoire sur la tête lors des conseils de ministres, etc.. Et cette formalisation pourrait-elle à terme garder la fraîcheur originelle "utopique" du mouvement. L'engagement dans le concret a ceci de particulier que le concret finit toujours par rattraper l' "utopie" dans sa fraîcheur.

Une des préoccupations essentielles de Henderson réside dans les dérives possibles de son mouvement dans l'avenir (qu'en sera-t-il dans 50 ans ?).

Deux options se font jour dans cette perspective :

1/ L'attentisme :

tract_FsmOn fait confiance aux principes fondateurs "anti-dérives" du Pastafarisme, et on navigue à vue sans perspectives précises : "Quand on ne sait où on va, il faut se hâter d'y aller pour savoir où c'est". On se contenterait alors de rappeler ces principes fondateurs lorsqu'ils seraient écorchés.

mais cela sera-t-il suffisant ?

Qu'on ne méprenne pas, le pastafarisme est sans doute très bien ainsi. La question reste de savoir ce qu'il adviendrait s'il prenait la grosse tête en dévoyant Monstrueusement son message évangélique ? On peut attendre que cela advienne aux USA, ou en chine (?). Ou alors... on tente de le provoquer pour mieux voir comment y palier. En politique ne rien faire c'est laisser le champ libre au autres, mieux vaut investir le champ avant que des rigoristes s'en chargent, quitte à expérimenter notre propre Nouillorisme monomaniaque. Et là est la question : Expérimenter comment y mettre nos propres pare feux.

 Il ne s'agit pas tant d'invetir une toute puissance religieuse et/ou politique, mais de s'inventer des parades à nos propres enflage de cheville en voyant ce que cela donne sur le terrain concrètement, avant que cela n'advienne sérieusement. Comme énoncé par ailleurs, la démarche consisterait a revendiquer le pouvoir en toutes choses por mieux le désacraliser.

2/ S'en référer aux arts divinatoires ancestraux pour ces perspectives :

Nous avons de forts doctes devins : autant nous en servir.

Nous ne trahirons pas tous leurs secrêts ici, mais on peut dire ceci :

a. La perspective historique :

emperor_popeNous savons pourquoi et comment l'âme humaine a toujours tendu à pervertir ses plus beaux projets.

Ainsi nous avons vu comment le christianisme si positif et ouvert au départ a fini par déraper. De même le marxisme très rapidement. Nous ne vous révélerons ce que les Maîtres Pasta en savent, mais nous vous inviterons à étudier les tenants et aboutissants sociologiques dans leur perspective historique, socio-économique, dans la dynamique de leur sacralisation sociale, ce qui a pu les amener à cela. Le Monstre s'est donné la penne de Toucher de son appendice le résultat de leurs recherches sociologiques : Ce n'est pas pour rien.

D'autre part, certains mouvements ont encore réussi à éviter ces travers : L'humanisme par exemple. Une étude similaire peut-être conduite à en comprendre les ressorts.

Il y a là de quoi tirer des enseignements quant aux perspectives qui s'offrent au Pastafarisme.

b. Le refus de l'idée de sélection naturelle.

A chaque étape des engagements du Pastafarisme dans le concrêt, ce concrêt déterminera des choix qui dépendront du contexte dans lequel ils s'inscriront. Ils apparaîtront sans doute les plus pertinents à telle ou telle étape de son développement suivant l'angle par lequel Le MSV nous fera voir les choses par touché nouillu. Mais il n'y aura pas à en faire des dogmes intangibles en celà : Le Monstre est très versatile dans ces indications qu'IL nous donne. Cela ne voudra pas dire que les autres choix, recalés à ces moments là, ne seraient pas valables en soi, et donc à disqualifier définitivement. Sans doute se révèleront-ils plus pertinents à la prochaine cuite du MSV, il conviendra donc de les mettre 13animal_insolite10_minientre parenthèses plutôt que les éliminer dogmatiquement. On vient de redécouvrir que la terre était plate finalement (si, si ! sérieux), et qu'on pouvait dépasser la vitesse de la lumière.

Par exemple l'ours blanc risque de disparaître avec la fonte de la banquise, mais aussi bien une reglaciation du pôle nord interviendra juste après la diffusion du Pastafarisme, où il y serait bien plus adapté que les animaux ayant survécus à cette fonte (un ours aurait attaqué un pirate venu faire du braconnage de phoque sur son territoire : Fallait pas !). La sélection naturelle est une connerie naturelle, mais une connerie quand même (ne déifions pas non plus la nature en prenant exemple sur ses abérrations : on peut la respecter sans la déifier)

c. Un peu de relativité ne peut faire de mal

Il y a un monument aux morts (des guerres) épastant à Strasbourg, l'Alsace ayant été tour à tour française et allemande y eut des morts dans les deux armées : Exit les morts pour ladite patrie. monument_pacifiste_StrasbourgLe Monument montre donc une mère tenant deux de ses enfants morts dans ses bras, un allemand, un français : frères réunis dans la mort : le mot guerre fratricide prenant ici tout son sens.

Avant de mener combat idéologique fratricide, demandons nous toujours avant comment nous penserions si nous avions été élevé dans le camp adverse ?

On n'empêchera jamais un athée de combatre des croyances plus ou moins radicales, ni un démocrate de combattre des totalitarismes plus ou moins patents, mais au moins essayons de comprendre ce qui les a menés là de façon erronée /ou pas !? et accessoirement de nous interroger en retour à ce qui nous amène là de façon juste / ou pas ?!

Un ou deux fûts de bière éventée valent-ils vraiment qu'on s'étripe pour eux ? Pas forcément... (je sais ma foi vacille parfois !)

d. Le Ying et Le Yang.

Découle des 2 points précédents, que la pureté est pour l'eau potable, pas pour les humains et leurs actes. D'une vision binaire manichéiste, où tout serait blanc ou noir, bien ou mal, on préfèrera une approche plus nuancée : Les Chinois ont inventer la notion intéressante du couple Ying / Yang. C'est un concept qui allie les principes opposés de façon inextricable. Il y a toujour un peu de mal dans le bien, et un peu de bien dans le mal. Exit les films en noir et blanc : pour rendre une image correcte du monde et de notre devenir, il nous faut toute la palette des gris, du plus sombre au plus clair où les deux couleurs se combinent à l'infini. Tant qu'affaire le Monstre Spaghettien Volantisme, préfèrera toujours y mettre de la couleur : du "sarcelle' au "fushia" en passant par le "tyrien". Tout n'est pas bien ou mal en soi, c'est un mélange de bon et de mauvais, et chacun aura sa propre appréciation de ce qu'on peut tirer, ou se prémunir en toute chose. Le décalage de nos appréciations ne peut qu'enrichir notre vision globale : Nos appréciations respectives ne sont ni justes ni fausses en soi, mais un peu des deux. D'où : Un bon plat de pâtes partagé ensemble autour d'une chopine peut être salutaire dans la révélation de la Vérité Suprêmement Relative des choses.

e. Pas d'accointances politiques trop prononcées.

L'histoire des religions nous apprend que dès qu'une religion est adoubée par le politique et/ou devient majoritaire, elle ne sent plus et se radicalise. Donc on espère que la Pastafarisme restera un mouvement flou, à ramifications multiples et non univoque, capable d'avoir des adeptes un peu partout, sans trop se compromettre avec les pouvoirs politiques : Une sorte de franc maçonnerie plus transparente, moins élitiste, plus démocratique.

Les chrétiens furent très sympathiques jusqu'au jour où ils devinrent religion d'état se compromettant avec le pouvoir politique, une horreur. Voyons les "frères musulmans", dans l'opposition ils oeuvrent pour un plus grand bien être de la population assez sincèrement même, mais une fois engagés dans une dynamique de pouvoir, ils se montrent moins "sociaux" et insuflent des directives qui finissent par irriter les gens (comme tout parti politique au pouvoir d'ailleurs).

D'où la politisation du mouvement est une mauvaise idée, par radicalisation des dogmes, et par désenchantement inéluctable du politique à terme.

A priori, on pourrait vaguement décrire le Pastafari comme plutôt humaniste , vaguement piratement écologiste , laïc (ou théocrate), plutôt de gauche et démocrate donc. Mais d'abord, pas forcément : Il n'est pas totalement exclu que certains croient aux bienfaits de l'économie de marché comme moteur du progrès social... même par intermitence.

Alors pas de politique ? Si, pourquoi pas ? mais le rôle du pastafarien sera plus de faire progresser une certaine idée de la vie dans son courant politique quel qu'il soit, que de définir ce que doit être une politique globale pour le pays. Historiquement, idéologiquement, le Emesvisme fustige les dérives absurdes dogmatiques, son rôle n'est pas de donner un cap, mais plutôt de fixer des bornes à ne pas dépasser pour quelques politiques menées que ce soit. On peut être pasrafarien et libéral ou marxiste, mais si on se réfère aux dogmes libéraux ou marxistes, il faut le faire au nom du libéralisme ou du marxisme, pas du Pastafarisme. Voir même le Pastafarianisme consisterait plutôt à dire que leurs dogmes pourquoi pas, mais sans les sacraliser, en gardant à l'esprit le "comment ça se traduit dans le quotidien des gens finalement", "essayons au moins que ça ne tourne pas à la folie absurde". La vocation du pastafarianisme est de ne pas se refermer sur lui-même, mais de s'ouvrir aux autres courants de pensée (ne vous obnubilez sur ce que dit le Monstre mais tirez plus de vous même, et ouvrez vous de ce que les autres peuvent vous apporter) ; Bref soyez Pastafarien, mais aussi quelque chose d'autre à coté, et à chacun ses propres investissements externes. Il s'agit de s'enrichir par d'autres investissements ailleurs, mais aussi d'enrichir ces "ailleurs" de notre sensibilité au non dogme, notre agnosticisme en quelque matière que ce soit, le doute sur les dogmes, même en matière politique.

Le Monstre en Spaghetti Volantisme s'apparente pour l'instant à Amnesty Internationnal, les ONG, ou Greenpeace, une espèce d'organisme de veille qui alerte l'opinion dans son domaine : la laïcité, mais ne propose pas de politique globale.

fsm_1004Une ébauche s'est faite jour avec l'initiative de Bobby sur Kiva (organisme de micro crédit). On peut imaginer que le mouvement s'investisse dans diverses initiatives sociétales (chacun à son niveau) allant vers un plus grand humanisme, un plus grand respect de la nature, dans son soutient et affiliation à diverses ONG, au "commerce équitable" et environnemental, l'altermondialisme, etc. Le Yoisme (organisme politique issu du FSM aux States,logo_fsm le SPAM) propose des pistes intéressantes (construisons le paradis sur terre), quoi que très touffu pour l'intant, quoi qu'un tantinet dogmatique... A suivre. Certains courants se sont d'ailleurs déjà clairement raliés au Pastafarianisme, tel Le FSM (Forum Social Mondial)
FSM DAKAR : Dessine-moi ton Utopie par latelelibre

bandeau_fsm Greenpeaace a son extension politique avec les verts en Europe, c'est une politique d'appoint pour l'instant plus qu'une vision globale (quoi que). Ces organismes ont droit de cité dans les gouvernements à travers certains ministères (aux droits de l'homme, à l'écologie, solidarité nationale, aux droits des femmes etc.), pourquoi pas à la laïcité par exemple comme marche pied. Évidemment cela suppose des compromis, pour les verts par exemple, mais c'est de la réal politique, mieux vaut souvent faire des compromis qui font avancer les choses au cas par cas, qu'une dogmatisation pure et dure sur des principes sans impact réel sur le concret au final. Mais celà n'empêche pas de taquiner les accords passés par quelques dérives satiriques qui replace les choses dans leur perspective.

Le socialisme est assez pastafarien dans sa démarche : C'est un espèce de communisme non dogmatique, humaniste et pragmatique, mais surtout qui accepte de jouer le jeu démocratique. Soit, il fait des compromis avec le capitalisme (inacceptables pour les dogmatiques marxistes) mais pour mieux infléchir dans son sens la société et le monde à terme. Il s'agit pour lui d'agir là où l'équilibre des forces lui permet d'agir, en remettant à plus tard ses ambitions finales, en s'appuyant sur la conviction qu'inspirent ses avancées partielles auprès du plus grand nombre. N.B. : L'ouverture s'impose à lui de deux façons ; d'un coté sur sa gauche qui lui rapelle sans cesse son objectif final, de l'autre les agnostiques du capitalisme, qui ne demandent qu'à se laisser convaincre par un pragmatisme concrêt. Sa légitimité repose aussi sur un pluralisme externe qui fait garde fou.

Le pastafarisme a tout à gagner de ce style de démarche qui reconnait que tout ne procède pas de ses propres idéaux, mais doit composer avec la cohérence de sa démarche face à un environement qui ne lui serait jamais totalement acquis, et qui lui apprendrait plus que ses propres ressouces internes in fine.

Mou sans doute, comme Sa Nouilleté, mais pratique et chafoin avec sa propre vanité.

Une autre piste : l'entreprise.

Votre manager est très dogmatique dans l'approche du management. Bon, un supérieur hiérarchique n'est pas facile à gérer, mais vous pouvez lui laisser entendre que le dogme c'est pas forcément assez souple pour tenir compte de tous les paramètres à gérer, ne le prenez pas à rebrousse poil quand même. Le C.E., D.P., CHSCT, peuvent être un bon appui pour ce faire, les syndicats aussi, à condition de faire le même travail vis à vis de leurs propres dogmes.

D'où un double investissement possible : Le management et les conditions de travail.

Ceci dit en entreprise comme en politique il faut savoir manier le satirique pour qu'il soit bien compris, et la satire n'est pas un dogme en soi, on peut aussi aborder les questions sérieusement aussi : si c'est plus efficace.


 C'étaient quelques pistes du coté militantisme, et personne n'a à se sentir "devoir" investir ce champ. Il y a toujours en société des gens qui ont l'âme militante (un peu dogmatiquement en général), et la majorité qui ne sont que des sympathisants qui appuient ces premiers, ou pas espièglement, suivant ce qu'ils proposent : A chacun son chemin.

De toute façon, le Pastafarisme suivra son chemin : ou il répond à une aspiration des gens et il prendra, ou bien non et il se délitera... Le "sacré" n'est jamais que la formalisation du désir de la communauté à vouloir vivre ensemble d'une certaine façon, et"sacré" veut dire croire en certaines valeurs communes plus que "religieuses" en soi. Mais pour une foi_ qu'un mouvement religieux propose d'investir ce "sacré" en le désacralisant ça promet d'être interessant (même en répubique on parle  des ses valeurs sacrées !).

Pour nous le Monstre en Spaghetti Volantisme porte des germes intéressants surtout au niveau culturel : les rapports qu'une société entretient avec ce qui la transcende la détermine. Une société protestante n'est pas une société catholique, ni musulmane. Ce qui détermine notre société à l'heure actuelle est d'ailleurs plus de l'ordre de "croyances" en des valeurs laïques : la démocratie, la science... mais reste attachée à des valeurs plus ou moins trancendantales quand même.

Dieu créa l' "Home", pardon l' "Homme" à son image, mais surtout la société qui y croit donc. Les athées diront plutôt que l'humain créa dieu à son image.

fsm_drunkDieu était jusqu'à présent une espèce de transcendance parfaite, et moralisatrice, mais Le Mosnstre est vraiment à l'image humaine. IL aspire aux bonnes choses de la vie, mais est très imparfait : pensez donc, IL se beurre la gueule quand IL crée le monde, c'est un Menteur Invétéré QUI camoufle le fait que Son Monde ne soit pas parfaitement ordonné en faisant croire aux scientifiques que si... En plus de ça IL assume et ne s'en cache même plus...

Avant IL ordonait et l'humain n'avait qu'à bien se tenir, maintenant IL a des souhaits mais, au vu de ces propres lacunes, IL nous dit en sorte "Enfin faites ce que vous pouvez, je sais par expérience que c'est pas facile, et c'est pas la peine de se contrir pour nos errements finalement, ils nous les font déja payer assez cher par eux même".

Avant la société était organisée suivant ce schéma de "plan supérieurement omniscient" : le pater familias était sensé etre au dessus de tout, le monarque pareil, le tout adoubé par un ordre religieux. Désormais si l'humain n'est pas orphelin de Dieu, au moins ce dernier ne vaut guère plus que lui : L'humain n'a plus à attendre de son bon vouloir pour déterminer son destin, mais cet humain a tout intérêt à le prendre en main lui-même (vu que L'Autre a encore pris une cuite hier soir), On l'adore comme ses parents finalement : On sait qu'il n'est pas parfait et qu'à terme il faut se débrouiller sans lui, mais on lui garde toute notre affection quand même.

0MFM_FSM_DinnerAlors bon, certains objecteront qu'IL n'existerait même pas, mais si... c'est, au moins, un ami imaginaire dont La Présence se fait sentir même si on sait qu'il n'existe pas (Quoi que ?). Nous ne savons s'IL existe, mais s'IL existait nous serions bien incapables de LE définir ou Sa Volonté, autant ne compter que sur nous même pour nous en sortir (après Inch Pasta).

Alors les athées et agnostiques avaient déja fait ce chemin, mais manquait une Image (nécessairement fausse, mais nécessaire en soi) de ce Dieu absent, ou tout au moins insaisissable, et bien ça y est, nous savons enfin à ce quoi IL ressemble (ou pas, peu importe).

V perdu ? la carte aux trésors :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Râmen.

carte4

 

 

Votre opinion sur ce Chapitre
Transcendental !                        Pastafarisme Quésaquo ?                             Pas mal . . .

Les chapitres appréciés : libre de donnez, ou pas,  votre avis... et voir résultats

 
 


Résultats

 

.