Dernière nouvelle (juin 2011) : La théière de Russel vient d'être heurtée par une météorite. Autant dire que la preuve de l'existence Du Mönstre en Spaghetti Vollant va s'en trouver singulièrement compliquée (retrouver un morceau de cette théière dans l'espace infini). Néanmoins, Mr Bernard Lefrèbvre a retrouvé un morceau de théière calciné dans son jardin, et aux premières analyses il proviendrait de l'espace. Des analyses plus poussées sont en cours pour savoir s'il ne s'agirait pas d'un morceau de la fameuse théière. 

A suivre... 

Dernier rebondissement (sept 2011) : Un astronome vient de trouver la preuve de l'existence du Monstre en Spaghetti Volant. La théière de Russel n'est pas une théière mais une bouteille de bière, que voici prise au thélescope : 

bottle_of_russel






Décriptage d'une Foi Véritable :

Les degrés initiatiques de la Pastologie

1/ Pour : Au 1er degré le Monstre en Spaghetti Volant existe bel et bien, et nous l'adorons en tant que tel, point. L'argumentaire premier pour la reconnaissance de notre religiosité en étant : Prouvez nous donc que notre déité n'existe pas, et/ou que nos dogmes soient plus absurdes que les autres.

2/ Contre (& pour voir 5e °) : Les rationalistes et autres congrégations. nous cherchent des poux, en prétendant qu'il se pourrait qu'on puisse lire notre foi au 2nd degré ! ... Comme c'est commode !

Bref : Nous ne croirions pas vraiment à Notre Déité et à ses dogmes donc, et ce ne serait que par pure moquerie de la religion elle-même, donc une anti religion qui ne pourrait se prévaloir d'une religiosité qu'elle combattrait en fait. Une religion sans croyant donc, et sans Dieu Par conséquent (ceci dit une déité n'est pas nécessaire à une religion pour exister : ndr).

Pour aller au bout de leur argumentaire : nous ne voudrions accéder au statut de religion que pour uniquement mieux ridiculiser les autres en les Ramen-ant ainsi sur le même plan de la farce que nous.

Sont un peu pervers dans leur raisonnement pour rejeter notre foi, quand même !...

3/ Pour : Évidemment notre position ne se situe pas ici mais dans un plan de conscience supérieur à ces derniers (quoi que !).

Au 3ème degré donc, "Le" Prophète a dit que la réalité du dogme n'avait aucune espèce d'importance (comme la plupart des chapitres bibliques chez les chrétiens). Ce qui compte en définitive c'est la foi, non tant dans les dogmes, que dans la spiritualité qu'ils peuvent nous apporter par les interrogations qu'ils soulèvent (pour ou contre d'ailleurs).

De fait, c'est une religion qui s'interroge sur la réalité même de Dieu, où plutôt notre impossibilité d'en appréhender sa réalité (pour quelque raison que ce soit), et de la vanité de vouloir prétendre savoir de quoi on parle précisément à ce niveau.

4/ Pour : De fait, notre religion se placerait à un 4ème degré (nous savons : c'est dur à appréhender pour les autres religion qui ont déja difficilement accédé au 3ème) :

A savoir que pour mieux expier cette vanité à vouloir enfermer Dieu dans une image trop précisément parfaite, et nécessairement blasphématoirement fausse. il nous faut désormais l'adorer sous une image nécessairement fausse tout en le sachant... dans une totale dérision et néanmoins avec le plus grand sérieux.

5/ Pour : Au 5ème degré, nous quittons ces différents plans mystiques pour les embrasser tous ensembles, y compris le second : Notre but premier n'est certes pas de remettre en cause les autres dogmes, mais  nous ne pouvons que le faire à notre corps défendant : Comme nous avons raison (évidemment !), prétendre comme nous le faisons que nous serions vains de définir précisément Dieu (sauf à nous caricaturer en train de le faire : ce qui peut paraître parodique), ceci ne peut que déstabiliser les cultes qui prétendent en avoir une définition assez précise. Mais notre but n'est pas là, mais simplement d'explorer "pour nous-même" nos pistes théologiques... en fait, la lumière ne peut venir que de l'interraction de la réflection entre ces différents plans de conscience, en en digérant savamment les paradoxes par une approche "Pâstologique" ; Et en particuler que le sérieux ne peut jamais y être totalement sérieux, et que la farce ne peut jamais y être totalement facécieuse.

 Bref nous sommes à la fois dans la contrition parodique du 4e, et donc dans l'aspect parodique du 2nd, tout en étant toujours dans le 1er degré évidemment, tout ceci nous amenant à la profonde réflection anté-dogmatique du 3e qui éclaire les autres : Cela fait ensemble constitue le 5e ici décrit.

6/ Ultra pour : Avant de passer à un quelconque degré suivant, pour éviter toute fusion du cerveau en Pomodoro, il faut naviguer un instant vers les sources profondes du Pastafarisme (en époussetant l'humour autour) pour retrouver l'essence même des choses premières exprimés par Le MSV et Le Prophète dans les "Huit condiments" et la page "about" de la Church of the Flying Spaghetti Monster. Il paraîtrait que le culte du Sapghetto Volant ne servirait que de façade  à des choses ésothériques bien plus mystérieusement sérieuses, telles qu'un combat contre des démons religieux endormis aux pieds du volcan des dogmes, domestiquer les dragons "Vanitius" "Ostracius", et "Perversius", pour arriver au jardin des choses simples de la vie ouvrant sur des portes lumineuses vers soi même, les autres, et le Grand Autre. Whaouuvv ... ... ...

Nous passerons sur les autres degrés du magistère Pasta, par égard à la nécessaire lente maturation de la progression à travers les Arts Divinatoires Ancestraux, qui réclame à ne par être révélés trop abruptement pour être bien assimilés.

7382 / Pour : Au 7382 ème degré (voir plus, en fait plutôt vers le millionième suivant le principe Pasta : "Si on a qu'une chance sur 1 million de réussir, hâtons nous de rater les 999 999 premiers essais pour mieux aboutir") la lumière jaillit donc, et nous nous rendons alors compte que l'Image du Monstre en Spaghetti Volant, qui nous faisait tant sourire en vrai, est Réellement la Pure et Véritable Image de Dieu, et non point une simple figure emblématique sensée faire progresser notre maturation mystique.

Ce qui nous RAmen-e au 1er degré donc... mais on le voit autrement après tout ce cheminement.

RAâaamen . . .

Bon alors évidemment, rationalistes et autres religions, qui ont péniblement accédé au 3ème degré, ont du mal à nous accorder de pouvoir y avoir accès. Ceci dit leur propension à vouloir nous cantonner au second degré exclusivement parodique est sans doute purement machiavélique pour certains qui ont parfaitement perçu que nous avions dépassé leurs propres plans de conscience... Ils tentent simplement de nous faire passer pour des zozos auprès des esprits peu aguerris pour maintenir encore à leur endroit l'illusion qu'ils sont encore en avance sur nous.*

Alors évidemment en tant que Pastafarien nous aimerions rester au 1er ou au 7382ème degrés qui sont les plus purs, mais ça permet aux malveillants de nous cantonner au second degré parodique. Donc de temps à autre, il est bon de leur entrouvrir la porte des autres degrés pour leur faire valoir toute la profondeur (dans le sens de creux) de notre arrière plan théologique (attention ! Ne faites celà qu'à ceux qui sont capables d'encaisser : Le choc est parfois trop intense pour les esprits faibles).

Et puis, j'aime bien le premier degré, suivant le principe Pasta : "Passer pour un imbécile aux yeux d'un idiot est une volupté de fin gourmet".

V perdu ? la carte aux trésors :. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Râmen.

carte4

 

.

.